a- / A+

Bienvenue sur le site de la ville de LANGRES
en Haute-Marne, candidate à l’Unesco

Ville d’Art & d’Histoire
Plus Beaux Détours de France

Une ville attractive

Eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo, perspiciatis unde omnis.

Raoul Dufy

Raoul Dufy, ambassadeur de Langres à travers le monde !

Jusqu’à l’exposition récente « La route bleue, Raoul Dufy en pays de Langres » présentée au Musée d’Art et D’Histoire Guy Baillet cet été 2012, très peu de personnes avaient connaissance de l’intérêt du peintre pour la Ville de Langres et ses alentours. Une découverte émouvante qui confirme le caractère unique de notre Cité.

Originaire de Normandie, Raoul Dufy a évidemment beaucoup peint sa région natale mais aussi la Provence dont il était tombé sous le charme. Artiste au style inqualifiable tant il a traversé tous les mouvements artistiques de son époque et s’en est imprégné, forgé à l’impressionnisme puis nourri au fauvisme, s’essayant à l’abstraction, Raoul Dufy reste cependant dans l’imaginaire collectif comme un peintre de la couleur. Et quelles couleurs ! Son œuvre, complexe et multiple, est connue à travers le monde.

Entre 1933 et 1936, Raoul Dufy fait plusieurs séjours estivaux à Langres, comme en témoignent les nombreux paysages peints ou dessinés qu’il a laissés de notre ville et de ses environs, visibles aujourd’hui au musée de la Ville. Ces œuvres illustrent un moment peu connu de la carrière de l’artiste. On a longtemps supposé que Raoul Dufy était venu à Langres après un séjour à Bourbonne-les-Bains pour soigner ses rhumatismes. Il semble que les raisons de sa visite langroise initiale soient plus pragmatiques. Cherchant à peindre les moissons en fin d’été 1933, (ces dernières étant achevées en Normandie), Raoul Dufy se fit dire par le Ministère de l’Agriculture de l’époque que les seules moissons encore visibles alors se trouvaient dans l’est en Haute-Marne…

Voici comment l'histoire commença.

Inattendue, exceptionnelle, inédite, étonnante, flamboyante, formidable : les superlatifs ne manquent pas dans la bouche des visiteurs de l’exposition « La Route bleue. Raoul Dufy en pays de Langres », présentée au musée d’art et d’histoire Guy Baillet du 20 mai au 16 septembre 2012.

Plus de 9100 visiteurs se sont rendus à l’exposition proposée par le Musée Guy Baillet et consacrée au peintre de la couleur Raoul Dufy. C’est bien plus qu’un succès puisque cette seule exposition qui aura duré seulement quatre mois, a attiré un public plus nombreux que sur une année complète d’ouverture du musée. Les médias nationaux télé et magazines ont consacré d’importants articles à l’exposition.

Raoul Dufy est ainsi devenu un formidable ambassadeur pour notre ville de Langres à travers toute la France (68 départements représentés) mais aussi à l’étranger avec 25% des visiteurs, dont 23% d’Anglais, 17% d’Allemands, 20% de Hollandais sans oublier la Belgique, la Suisse, le Canada, les Etats-Unis. Au total, 21 nations seront passées par l’exposition Dufy à Langres !

Si Raoul Dufy ne représente que rarement l’intérieur de la ville fortifiée (hormis la porte des Moulins ou la grille de l’Allée Blanchefontaine), Dufy choisit plusieurs points de vue dans la campagne langroise d’où se découvre la situation spectaculaire de la cité acropole, reconnaissable à ses monuments se profilant sur le ciel.

Multipliant les peintures, mais aussi de remarquables dessins à la plume et à l’encre, Dufy manifeste très tôt un intérêt nouveau dans son œuvre pour le paysage rural. Présent à Langres durant la période des moissons, l’artiste se plait à représenter les travaux des champs, dont il s’inspirera d’ailleurs pour une partie de La Fée électricité, décor conçu pour l’exposition internationale de 1937, et qu’il reprendra dans ses ultimes Dépiquages en 1953.

Inédite, l’exposition organisée par la Ville de Langres réunit une trentaine d’œuvres significatives du travail de l’artiste. Les paysages langrois sont précédés par quelques exemples antérieurs du thème rural chez Dufy. D’autres dessins et peintures montrant la persistance du thème langrois dans l’œuvre de l’artiste concluent l’exposition. Les œuvres ont été prêtées par 16 musées et 4 galeries ou collectionneurs privés, essentiellement de France ; certaines proviennent des Etats-Unis et de Hollande.

Un catalogue d’une centaine de pages présente le travail de Dufy en pays de Langres. L’historien d’art Christian Briend, spécialiste de Dufy, commissaire de l’exposition y explique les particularités des œuvres langroises et la place de ce travail dans la carrière de l’artiste.

Durant l’été, l’office du tourisme de Langres propose également un circuit de visite autour de la ville, permettant de se rendre sur les 6 lieux depuis lesquels Raoul Dufy a peint la ville et ses environs : Sous les Vignes en 1933, En l’Aiguillon en 1935, La Coste Lambert en 1935, la promenade de Blanchefontaine en 1935, la Ferme de la Marnoise en 1935 et le pré sur Marne en 1936.

A voir au Musée Guy Baillet !

Raoul Dufy « Paysage de Langres », 1935 (musée de San Antonio, Texas)

A l’issue de l’exposition de l’été 2012, une œuvre majeure reste en dépôt au musée Guy Baillet. Il s’agit du célèbre Moisson à Langres de 1935, que le Centre Pompidou/Cnam a accepté de « confier » temporairement à la Ville de Langres. L’occasion pour celles et ceux qui auraient loupé l’exposition de cet été, de se rattraper.

Raoul Dufy « Paysage de Langres », 1935 (musée de San Antonio, Texas)