a- / A+

Bienvenue sur le site de la ville de LANGRES
en Haute-Marne, candidate à l’Unesco

Ville d’Art & d’Histoire
Plus Beaux Détours de France

Une ville attractive

Eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo, perspiciatis unde omnis.

Les quartiers et faubourgs

Du haut de son acropole, Langres s’est longtemps refusée à occuper les pentes de son éperon. Les plans des XVIIe et XVIIIe siècles indiquent déjà les faubourgs « historiques » de la cité : Saint-Didier, Brevoines et Buzon à l’ouest, la Grange au Prieur, la Maladière (Saint-Gilles) au Nord, Louot, les Franchises et les Auges à l’est.

Pour autant, il ne s’agit que de quelques bâtisses qui ne constituent que des faubourgs à la densité démographique très faible (comparée aux 800 maisons intra-muros !).

Il faut attendre les années 1950 pour que la cité sorte de ses anciennes fortifications du XIVe siècle !

Dès lors, les choses vont très vite. L'industrialisation du plateau des Franchises entraîne une accélération de l'exode rural. Langres va gagner près de 6 000 habitants en 25 ans (1950-1975) ! Un moment, la ville hésite à se développer au nord, en direction de la gare et de la vallée de la Marne (les premiers HLM sont construits sur le plateau de Saint-Gilles dès 1953). La cession des terrains militaires et le projet de requalification urbaine de la Citadelle va permettre à la cité de reprendre son antique logique urbaine : se développer sur son plateau !

A partir de 1957, c'est la construction du quartier Ouches-Turenne avec 400 logements collectifs et individuels implantés sur l'ancien camp retranché (donc toujours intra-muros !).

A partir de 1962, en même temps que la construction des premières entreprises spécialisées dans la plasturgie (Plastic-Omnium puis PRO.C.A.L – actuellement Freudenberg), la cité sort définitivement des remparts du XIXe siècle en commençant l'investissement des glacis ouest de la citadelle : ce sera l'aménagement du quartier de la Citadelle jusqu'en 1980. Entre temps, d’autres quartiers se sont densifié, des lotissements et des zones d’activité se sont développé : les Roises à l’est, le centre commercial des Franchises, la zone d’activité de la Tuilerie et le Pré Vert au nord, la Trincassaye au sud.

Corlée, commune associée de Langres depuis 1972

L'Eglise de Corlée

Le village de Corlée situé à 3 km au sud-est de la ville de Langres, abrité par le plateau et traversé par un petit cours d'eau issu de la source de Morney (Ruisseau du Vas, affluent de la Marne) présente des témoins du passé caractéristiques du patrimoine rural : anciennes fermes, calvaires du XVIII et XIXème siècle et sa cabane aux loups. Il possède en outre un édifice religieux, l'Église St Pierre et St Paul dont l'origine remonte au milieu du XVIIIème siècle signalée par un clocher Franc Comtois remarquable. La Marne et le bief supérieur du canal entre Champagne et Bourgogne situé sur la ligne de partage des eaux entre les bassins hydrographiques de la Seine et du Rhône, bordent le territoire de Corlée dans sa partie orientale. Avec ce patrimoine, la pierre et l'eau constitue les caractéristiques d'une véritable identité.Une jolie place récemment aménagée autour d'une fontaine unissant le minéral à l'eau, orne le centre du village. Il s'agit de la «Place de la Coudraie» rappelant l'origine du nom du Village provenant de "corilus" nom latin du noisetier ou coudrier. La partie Nord du territoire de Corlée est quant à elle, occupée par la zone d'activités des Petites Franchises destinée à accueillir des entreprises notamment des artisans. Un hôtel d'entreprises y a été installé. Au plan économique, 6 entreprises sont présentes sur ce territoire, les plus importantes sont orientées vers l'usinage de pièces de machines agricoles et de voitures. L'agglomération compte 240 habitants et son territoire s'étend sur environ 600 ha. Sa proximité de Langres, son imbrication territoriale et les relations historiques que la commune de Corlée entretenait avec la ville, ont abouti à une union de destinée dans un cadre statutaire de fusion association qui a été entérinée le 28 aout 1972, en application des dispositions de la loi Marcellin ayant vocation à favoriser les regroupements de communes dans une optique de simplification de l'organisation territoriale tout en préservant quelques principes identitaires. Le dynamisme de sa vie associative contribue à sa notoriété agréable. Apprécié pour sa qualité de vie, ce village ne lasse pas d'enthousiasmer le visiteur.

Informations pratiques :

Xavier Logerot est maire et Bernard Théveny son adjoint. Elle dispose d'une mairie annexe en charge de l'état civil. La mairie annexe est en charge de l'état civil. Une permanence du maire est assurée à la mairie le vendredi de 17hà 19h.
Le secrétariat  de mairie est ouvert de 9h30 à 12h et de 14h à 19h, le vendredi. Tél. 03 25 84 26 98. Pour que les administrés et les visiteurs aient accès aux services utiles en ligne, la municipalité de Corlée est en train de créer un site web consultable dès le 01/09/2013.