a- / A+

Bienvenue sur le site de la
ville de LANGRES (Haute-Marne)

Ville d’Art & d’Histoire
Plus Beaux Détours de France

Actus

  • Programme de Février de la Maison de Quartier
    PROGRAMME DE LA MAISON DE QUARTIER MOIS DE FEVRIER Découvrez le programme de la Maison de… en savoir plus

  • EXPOSITION Laïcité
    Exposition Laïcité Du 3 au 27 février, venez découvrir l'exposition "Histoire et actualité… en savoir plus

  • LANGRES MAGAZINE
    Le magazine d'informations de la municipalité est sorti ! Vous pouvez également le télécharger… en savoir plus

  • L'histoire de la "ville nouvelle" a son dépliant Laissez-vous conter
    Il existe un « âge d’or » pour beaucoup de villes françaises, une période de développement… en savoir plus

  • Programmes des Conférences du 1er semestre 2015
    PROGRAMME DES CONFÉRENCES DU PREMIER SEMESTRE 2015 téléchargeable ici en savoir plus

  • Programme des Médiathèques
    PROGRAMME DES MÉDIATHÈQUES DE JANVIER A MARS 2015 Programme téléchargeable en cliquant ici… en savoir plus

  • Programme du Spectacle vivant 2015
    PROGRAMME DU SPECTACLE VIVANT DE JANVIER A JUIN 2015 Programme téléchargeable en cliquant ici… en savoir plus

Agenda

 Hommage aux victimes et soutien aux familles de la rédaction de CHARLIE HEBDO

"Il y a de la philosophie à l'impiété aussi loin que de la religion au fanatisme ; mais du fanatisme à la barbarie, il n'y a qu'un pas. "

Denis Diderot

A mon frère, dans Essai sur le mérite et la vertu, 1745


--------------

"Nous sommes en deuil, nous sommes en peine, nous ne sommes pas abattus !

Nous ne sommes pas abattus, parce que nous sommes des hommes et que l’humain ne peut abdiquer devant la barbarie. Et le fanatisme, c’est la barbarie, c’est le reniement de l’humanité.

L’homme marche sur un fil. D’un côté l’humanité, faite de l’exercice exigeant de la raison et du cœur, de l’autre la tentation de la barbarie, bardée de certitudes folles nées de la haine. La haine, cette gangrène de l’esprit qui tue le jugement de celui qui s’y soumet et le conduit dans les abîmes de l’abjection et du crime. La haine, le terreau mortifère du fanatisme.

Car le fanatique est l’homme qui se renie et se soumet.

Reniement de la raison, soumission aux passions.

Reniement de la pensée, soumission aux slogans.

Reniement du langage, soumission à la violence.

Reniement du rire, soumission au rictus de la haine.

Reniement de la vie, soumission à la fascination morbide de la destruction et du néant.

 Le fanatique se réfugie dans un idéal simpliste et rassurant pour échapper à la complexité de la vie ! Le fanatique a peur de ce qui ne lui ressemble pas ; il fait un ennemi d’un contradicteur ! Il fait une offense de ce qu’il ne comprend pas ! Le fanatique a peur de penser et donc de douter !

Le fanatique a peur de vivre ! Le fanatique s’invente une mission pour échapper à son devoir d’homme, à la tâche que Montaigne assigne si joliment à chacun d’entre nous : « faire bien l’homme », en toute humilité, et pour toute grandeur. Mais comme il est plus difficile de « faire bien l’homme », que de s’autoproclamer censeur de l’humanité, le fanatique tranche au lieu de penser ! Le fanatique crie et éructe, car il ne sait pas parler.

Ce n’est pas une religion qui a tué, c’est le fanatisme. Le fanatisme, mercredi, a voulu tuer  Charlie avec le fol espoir de tuer la liberté, la vie, le rire ! Charlie Hebdo : des hommes, des femmes, un symbole ! Car espérer tuer Charlie, c’était espérer tuer Rabelais et Voltaire !  Tuer la tradition de l’irrévérence mise au service de l’intelligence ! L’espièglerie de Charlie, l’insolence de Charlie, le mauvais goût de Charlie, c’est l’humanisme de Charlie ! Quand Cabu fustigeait les « cons », c’est par confiance et foi dans l’humanité ! Un « con » qui viendrait à rire de lui-même, ce serait un « con » sauvé, car ce serait un « con » qui se mettrait à penser ! Ce ne serait plus un « con » ! L’humanisme de Charlie, c’est le noble projet d’apprendre à rire aux « cons » !

Mais voilà, il y a des « cons » qui résistent au rire et qui tuent ! Ils ont tué.

Les barbares qui ont fait le choix de s’abstraire de l’humanité veulent nous entraîner dans la voie sans issue de leur délire et du chaos. Refusons par une fraternité d’hommes ! Nous n’avons pas le choix : l’humain ne peut transiger avec ses devoirs. Céder à la haine, ce serait céder à la barbarie, céder à la haine, ce serait chuter du rang des hommes à celui des traîtres à l’humanité !

Aux kalachnikovs, les armes des faibles, opposons les armes des forts : la raison, la pensée, le langage, et le rire ! Charlie va paraître, en larmes, en sang, mais Charlie va paraître. Et nous rirons. De nouveau."

Texte écrit par L. Vidrine, professeur de Lettres au Lycée Diderot, et lu par une élève de Terminale du Lycée Diderot, lors du rassemblement du samedi 10 janvier.

  • Langres, vu autrement

  • Un film exceptionnel sur Langres en 1918

  • Vidéo de l'AVAP

  • Façade d'une maison Renaissance à Langres
  • Arc gallo-romain
  • Blanchefontaine
  • Panorama depuis la Porte Henri IV à Langres
  • Passage couvert à Langres
  • Autre passage couvert à Langres
  • Vue aérienne de Langres

Zoom sur l'espace pédagogique 1914-1918

Retrouvez les textes et images de l'exposition
en savoir plus

Zoom sur

Appel à projet MESS

Appel à projet MESS
en savoir plus

Zoom sur les Rencontres Philosophiques de Langres

Site internet des Rencontres Philosophiques de Langres
en savoir plus

Focus

Un moteur de recherche sur les collections patrimoniales de la ville